psychogenealogy

Louise Bourgeois, c´est moi!

“Je suis une femme enragée et agrippée ” disait Louise Bourgeois – agrippée à son enfance et ses souvenirs traumatisants entre un père despotique et une mère bafouée. De sa jeunesse trahie lui venait cette rage existentielle qu’elle transforma inlassablement en une rage de créer,” intense et productive”.

Je lisais ceci aujourd´hui et je me demandais pourquoi cela faisait tant écho en moi. Au début, j´ai rejeté l´idée que cela pourrait être quelque chose qui me concernait. Je n´ai pas eu une enfance traumatisante ni même difficile. Mais en écrivant cela, je ressens le doute s´immiscer dans mes mots. Je ne pense pas qu´il pourrait y avoir des points communs entre cette phrase sur Louise Bourgeois et moi, ma vie, mon enfance! Mais pourquoi alors, en relisant ces deux phrases, encore et encore, je me retrouve dans un état un peu second, un peu hypnotisée, comme si vraiment ils adressaient quelque chose en moi?

Peut-être devrais-je me rendre à l´évidence et “écouter” mes sensations étranges : mon père “despotique”? ma mère “bafouée”? Finalement des instantanés de vérité. J´ai souvent entendu le mot “despotique” à propos de mon père, surtout de la part de sa soeur qui l´aime d´une façon bien étrange ….et puis “bafouée”, sans doute parce que la légende familiale veut que toute enfant, ma mère fut placée dans un orphelinat alors que sa soeur elle, maladive, pouvait jouir du foyer familial, amputé il est vrai par un père absent, tué pendant la guerre civile en 1947 et une mère – infirmière magnifiquement belle – qui essayait de (re)faire sa vie.

Louise-Bourgeois-RIP

Et puis, aussi la créativité en moi,  peut-être pas la rage  de Louise, certainement pas, mais bien une intensité et une soif de découvrir de nouveaux horizons. La peinture, l´écriture, la décoration, la photographie, la couture, le jardinage, la cuisine, toutes les formes de toutes les activités créatrices ont bien l´air de résider et même de se bagarrer pour une place en moi! Y compris la maternité toute récente, que je prends et je comprends comme une activité créatrice à part entière, bien que finalement cet oeuvre d´art là nous échappe complètement …..heureusement…

Alors, oui, dans ces conditions, sans doute, je ressemble un peu, modestement, humblement, à Louise Bourgeois, une “femme enragée et agrippée”. Et puis, j´essaie tous les jours de transformer ces deux adjectifs pour en faire quelque chose de vivable et de joli au quotidien.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s