info

Quand nous cessons de nous émouvoir

145381894191643817_tKmzarTc_cLa fin du monde, c’est quand apparaissent des Adam Lanza ou des Anders Behring Breivik pour tirer à bout portant, dans le Connecticut ou à Utoya, sur des enfants ou des adolescents, par folie idéologique ou pulsionnelle. La fin du monde, c’est quand Psy ou nos starlettes locales deviennent les nouveaux porte-étendards d’une pseudorévolution musicale/culturelle qui n’a rien à dire mais beaucoup à montrer. La fin du monde, c’est quand l’ego malade ne peut plus survivre qu’en échappant à la réalité pour aller se désintégrer dans l’espace virtuel, en pensant se renflouer, à coups de “like”. On va se créer des liens le plus souvent pour ne plus en avoir, en vérité, et c’est tout aussi bien, puisque le virtuel pardonne tout : il suffit de bloquer la personne pour ne plus l’avoir en face de soi.

La fin du monde, c’est quand les Frères musulmans d’Égypte ou les islamistes de Tunisie se “méprennent” – volontairement – sur le message démocratique de tout un peuple en révolte en voulant substituer la théocratie à l’autocratie. La fin du monde, c’est quand Bachar el-Assad peut massacrer durant près de deux ans des femmes et des enfants en toute impunité, comme si la Syrie était son jardin secret, sous les regards du monde entier, avec la complicité active ou passive de la plupart de la communauté internationale.

La fin du monde, c’est quand nous cessons de nous émouvoir et de nous indigner face à toutes les injustices commises autour de nous et ici même, dans notre pays : injustices à la femme arabe et libanaise, qu’un machisme patriarcal aberrant et crétin veut continuer à domestiquer pour l’éternité ; injustice aux travailleurs étrangers, aux clandestins, aux pauvres et aux personnes du troisième âge, abandonnés à leur triste sort ou maltraités ; injustice à notre environnement, nos plages, nos forêts, notre patrimoine culturel, pollués à souhait ; injustice aux citoyens, encore victimes des armes illégales et des voitures piégées à l’ombre d’un gouvernement impavide et castré; injustice aux homosexuels, pourchassés comme des pestiférés dans une société parfaitement hypocrite ; injustice à l’art, mis à l’index par un groupe de religieux vicelards et complexés, et par des agents de la sécurité qui pensent, sotte chimère, qu’en censurant, ils pourront un jour dompter la liberté…

La fin du monde, c’est la fin de l’humanité, et l’aube des monstres de tous genres. C’est aujourd’hui et tous les jours. Et ce n’est qu’en toi et par toi, cher lecteur, que demain reste possible. Pour que la fin du monde, ce soit enfin hier.

article publié dans “courrier international”, auteur Michel Hajji Georgiou

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s