Albert Jacquard, A toi qui n’es pas encore né(e)

Tu découvres cette lettre le jour de mon centième anniversaire. Entre l’été 99 où je l’ai écrite et l’instant où tu la lis, plus d’un quart de siècle s’est écoulé. Tu vis un “aujourd’hui” qui est pour moi un inaccessible “demain”. En lisant ces phrases, peut-être as-tu le désir de tisser un lien ténu avec cet homme lointain, dont ta famille t’a parlé, qui pour toi n’est même pas vieux puisqu’il a disparu, ton arrière-grand-père, moi.

Tout ce que je sais de toi est que tu es un de mes arrière-petits-enfants. Es-tu une fille, un garçon ? As-tu quinze ans, ou plus, ou moins ? Celui de tes parents qui te relie à moi est-il une de mes petites-filles, Sarah, ou Aurore, ou Chloé ou Marion, ou un des mes petits-fils, Julien, ou Béryl, ou Nathan ou Simon ? Je l’ignore. L’un deux a été le transmetteur d’une part de ce que la nature m’avait donné pour construire mon corps, et que j’avais moi-même transmis […]. Cette part de moi est, à vrai dire, bien faible : un huitième, car je ne suis que l’un de tes huit arrière-grands-parents. Peut-être même as-tu été adopté(e), ce qui réduit cette part à zéro, mais ne modifie en rien mon désir de parcourir à travers le temps, à trois générations de distance, le chemin qui me conduit à toi.

Ce chemin n’est pas déjà tracé, il est véritablement à construire ; les quelques milliers de gènes (tu le sais peut-être, la génétique a été le domaine scientifique sur lequel j’ai travaillé) qui en toi sont la copie des miens ne sont qu’un matériau dérisoire ; il me faut trouver d’autres parcours pour te rejoindre, m’agripper à d’autres prises pour m’approcher à portée de voix de toi.

Toi, un contemporain de mes après-demains,

Toi, qui es déjà sans doute obsédé par ton propre avenir,

Toi qui, en me lisant, sens ta vie palpiter, au rythme même où en moi elle palpite en cet instant où je t’écris,

Toi qui regardes un ciel semblable au mien, et pourtant différent, car le passage du temps a transformé tout ce qui emplit le cosmos,

Toi qui commences à imaginer la personne que tu deviendras,

Toi pour qui je ne suis même pas un souvenir, à peine un prénom parfois évoqué, un personnage flou sur de vieilles photos, pardonne-moi de sauter à pieds joints par-dessus ces vingt-cinq années, et de m’inviter pour quelques instants dans ta vie.

En la partageant je m’attribue, au-delà de ma mort, des instants que la nature m’a refusés. J’ai parcouru la plus grande partie du XXe siècle ; tu vas parcourir le XXIème. A toi de jouer, à moi d’essayer de t’éclairer. Permets-moi ce monologue qui me réinsère dans le flot des vivants.

[…]

En m’adressant à toi, je t’ai donné existence.

A l’instant où j’écris ces lignes, tu n’es pas. A l’instant où tu les lis, tu l’es ; tu deviens. A chaque phrase, je peux m’exprimer aussi bien au présent qu’au futur. […]

Mais qui es-tu ? Une fille, un garçon ; nous avons vu que cela n’avait guère d’importance. Au départ, j’ai imaginé que l’un de tes parents était l’un de mes petits-enfants, ces quatre garçons et quatre filles ont pour moi une telle présence ! Mais ce lien génétique est dérisoire. Je sais de toi l’essentiel : tu es de mon espèce. Et cela suffit à établir une connivence nous associant définitivement dans une même aventure, car l’espèce humaine est singulière.

Il est facile d’énumérer tout ce qu’elle a en commun avec tous les êtres dits vivants sur la Terre. […] Nous sommes l’une des branches, l’un des rameaux, parmi des millions d’autres, d’un arbre généalogique qui s’est différencié au cours de trois milliards et demi d’années.

Il se trouve que ce rameau se distingue de tous les autres. Pour le généticien, cette différence se résume à quelques mutations récentes. Intervenues au cours des quelques derniers millions d’années, une durée bien courte dans l’histoire de la planète, elles nous ont donné une complexité cérébrale qui nous a entraînés sur un chemin où aucune autre espèce n’a pu nous suivre. Ainsi un nuage poussé par un vent un peu plus fort passe seul au-delà du col et apporte la pluie sur un espace nouveau. […]

Les interrogations sur les évènements passés sont certes passionnantes mais l’important est le présent, car il nous permet de décider de l’avenir.

Longtemps nous nous sommes contentés, comme tous les animaux, de subir. Nous avons maintenant les moyens de choisir et d’agir. Un chant de triomphe ne serait pas déplacé devant les pouvoirs que nous nous sommes donnés. Sur tous les fronts nous venons de progresser, contre la maladie, contre la douleur, contre l’obligation du travail. Ce dernier siècle nous a apporté une extraordinaire moisson de possibilités dont nos ancêtres osaient à peine rêver.

Et pourtant que de guerre, de massacres, de misères, de désespoirs ! La cause de ce lamentable gâchis ne peut être trouvée ailleurs qu’en nous-mêmes. Quel est donc le ver dans le fruit ? Je me hasarde à te proposer une hypothèse. Ce ver qui pourrit tout ne serait-ce pas l’attitude que nous adoptons envers les autres ? Cette attitude est aujourd’hui (peu importe que ce soit dû à la nature ou à la culture) fondée sur la méfiance, la compétition, la lutte. L’évidence est pourtant que la coopération est seule féconde. Nous l’oublions car nous nous trompons sur la définition de nous-mêmes.

Lorsque nous disons “je”, nous pensons à l’individu autonome, localisable, identifiable, unique, que nous sommes. Mais nous ne sommes pas que cela.

[…] “Je est les liens que je tisse.” Avec cette définition, que je t’ai rappelée, la compétition, la lutte contre l’autre, apparaissent comme des comportements au mieux infantiles, au pire suicidaires.

C’est à ce niveau qu’il faut situer la révolution nécessaire : chaque membre de notre espèce est “plus que lui-même” par son appartenance au réseau des rencontres.

Ce réseau, depuis mon enfance, je l’ai tissé au présent en échangeant avec mes contemporains, au passé en lisant les livres ou en admirant les oeuvres de ceux qui m’ont précédé. Avec toi je l’ai tissé en me projetant vers l’avenir. Grâce à toi je peux prendre à mon compte l’orgueilleuse apostrophe : “Mort, où est ta victoire ?”

Source: Albert Jacquard, A toi qui n’es pas encore né(e), Ed. Calmann-Lévy, 2000d97edbe0157bcd5e70191346429bfde3

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s