Pervertir la jeunesse est un devoir

162903711491321328_UkYgTTiz_f
Dans un pays où un livre est désigné comme une menace par un homme politique à la ramasse, dans un pays où la liberté d’expression est mise en danger par des grappes de parents dérangés, dans un pays dont les dirigeants considèrent que le principal objectif est la relance de la croissance économique et pas celle des idées, dans un monde dont le slogan permanent résume le bonheur à la consommation, dans un monde où accélérer-écraser-conquérir est un modèle de réussite, dans des rues où l’intolérance des cons gagnent du terrain sur tous les fronts, dans des rues où les affiches exposent des canons de beauté lisses et interchangeables retouchés sur photoshop, dans ces rues-là, dans ce monde-là, dans ce pays-là, si pervertir la jeunesse correspond à lui proposer autre chose, alors pervertir la jeunesse est le devoir de chaque auteur, chaque illustrateur, chaque créateur, avec ses mots, ses pinceaux, ses images et toutes les armes dont il dispose, pervertir la jeunesse dans son ensemble, aussi bien celle abandonnée qui reste scotchée devant Grand Theft Auto que celle qui est élevée les yeux fermés devant l’Origine du monde de Gustave Courbet, aussi bien la jeunesse qui n’a jamais mis les pieds en Italie que celle qui a visité la Chapelle Sixtine en baissant la tête, la jeunesse qui montre son cul en riant comme celle qui atteindra l’âge adulte sans voir l’ombre d’une bite ou d’une chatte, même si cette jeunesse immaculée-là n’existe pas, évidemment, “Couvrez ce sein que je ne saurais voir !”, même Jean-François Coppé devait regarder sa bite à quatre ans et demi en se posant des questions, avec ou sans livre, avec ou sans vulgarité, avec ou sans humour, mais il se trouve que Tous à poil ! de Claire Franek et Marc Daniau est un livre sans vulgarité et plein d’humour, il mérite d’avoir sa place dans chaque classe, chaque librairie, chaque bibliothèque, en toute liberté, envers et contre toutes les envies immatures de censure, parce que pervertir la jeunesse est une nécessité, pour lui ouvrir les yeux sur la réalité et sur d’autres possibilités, alors que c’est malheureusement trop tard pour les adultes.

Guillaume Guéraud

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s