Je te dirai des mots bleus…

La grande bleue: la Méditerranée.
L’heure bleue, juste avant le lever du soleil.
La houille bleue, l’énergie des vagues, des marées
Un menton bleu, qui porte la trace d’une barbe très sombre.
Une nuit bleue, au cours de laquelle des terroristes commettent des attentats synchronisés.
Un bleu, une jeune recrue – les soldats d’autrefois arrivaient en blouse bleue à la caserne.
Une truite au bleu, jetée vivante dans un court-bouillon vinaigré.
Un petit bleu, télégramme, dépêche – sur papier bleu.
Le bleu de méthylène, antiseptique employé en ph1278299514armacie et comme colorant en biologie.
Sang bleu, noble.
Conte bleu, récit fabuleux, discours en l’air.
Bifteck bleu, très saignant, à peine grillé.
Zone bleue, à stationnement limité, dans une ville.
N’y voir que du bleu, n’y rien voir, n’y rien comprendre (ou n’y voir que du feu).
Se faire un bleu, une meurtrissure, un hématome, une ecchymose.
J’ai des bleus à l’âme ou j’ai le blues, j’ai le cafard.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s