Et le père dans tout cela?

RENCONTRER LE PÈRE EN SOI ?

Ce qui est catastrophique pour une femme, ce n’est pas l’absence objective du père, mais l’absence d’une imago paternelle ou d’une représentation du père. Les silences des pères, et au sujet des pères, sont meurtriers pour la petite fille : c’est un déni d’existence. Le fait que le père ne lui parle pas, ou qu’on ne parle pas de lui, la prive d’un morceau essentiel de son histoire.

Dans l’inconscient des « filles sans père » subsiste un attachement refoulé et/ou une haine déniée qui témoignent du fait que le deuil du père idéal est inaccompli. D’où l’importance de prendre la mesure de leur souffrance du père et des conséquences de cette souffrance sur leur vie affective. Un père se fabrique aussi en son absence. Il est présent dans les rêves et fantasmes, dans les blessures et douleurs, dans les traces et symboles qu’il a laissés derrière lui. Il s’agit donc de construire une mémoire vive du père, d’en symboliser l’absence, pour enfin devenir auteur – père ? – de son histoire personnelle.

Initialement publié en 2006 sur: https://www.cairn.info/


Bibliographie

  • Giroud F., 1992, Leçons particulières, Paris, Le Livre de Poche.
  • Grenier L., 2004, Filles sans père. L’attente du père dans l’Imaginaire féminin, Montréal, Quebecor.
  • Grenier L., 2005, Le Projet d’Antigone. Parcours vers la mort d’une fille d’Œdipe,Montréal, Liber.
  • Grenier L., 2006, Femme d’un seul homme. Les séparations impossibles, Montréal, Quebecor.
  • Ockrent C., 2003, Françoise Giroud, une ambition française, Paris, Fayard.
Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s