family · life · maternity

IVG (immersion volontaire généalogique)

2016-05-28 14.09.17

(Photo credit : Alfie Canellis-Flesjø)

Je n´y ai jamais vraiment repensé en terme psychogénéalogique mais biensûr, j´ai été enceinte au même âge que ma mère m´a portée! J´ai lu quelque part: “dans les grossesses indésirées, c’est comme si le corps de la femme était directement connecté à la façon dont la mère avait fait ses enfants. La femme est alors enceinte à l’âge où sa mère l’a été pour sa propre conception.

Oui c´est cela. J´avais à peine 20 ans et je prenais la pilule. C´était donc naturellement complètement impossible et pourtant, pourtant… Je suis tombée enceinte de mon petit ami de l´époque, mon premier grand amour, Thymis. C´était une grossesse qui exprimait alors une répétition généalogique. Si je comprends bien, des années plus tard, c´était donc une histoire entre ma mère et moi, plus qu´une histoire entre mon petit ami et moi. Biensûr, je me souviens du traumatisme créé et de la tristesse et du vide et aussi du rejet que j´ai ressenti quand j´ai annoncé la nouvelle au concerné. 

Soit la femme en a l’intuition, elle n’est pas triste, elle ne ressent pas le désir de cet enfant : elle est alors confrontée au fait d’avoir dû en passer par son corps pour grandir, elle n’a pas su être conséquente avec sa contraception. Soit elle est triste et malheureuse et il est important qu’elle comprenne que sa douleur ne correspond pas à l’enfant mais à l’émotion de se séparer de son histoire maternelle.

L’interruption de grossesse était donc prescrite et nécessaire. J´étais seule. J´étais trop jeune. Et mes parents n´étaient pas au courant. Personne ne l´a été je crois à part lui et moi. Marie -Caroline (dans mon souvenir c´était elle – c´était ma meilleure amie) était venue me tenir la main pendant l´opération. Et puis, je suis rentrée à la maison après quelques heures. Apeurée. Je me suis couchée. Sans rien dire à ma mère.

Et puis j´ai eu de la fièvre. Alors j´ai dû lui dire.

Je ne me souviens pas de sa réaction. Blanc. Noir. Je ne sais pas.

“Les grossesses indésirées ne sont jamais anodines mais elles ne correspondent pas toujours, comme il l’est généralement interprété, à un désir d’enfant. Il est important de pouvoir y mettre du sens. Il s’agit là encore d’explorer l’héritage des femmes qui nous précèdent, en axant les recherches sur les maladies, les deuils, la façon dont elles ont fait leurs enfants ainsi que les éventuelles répétitions de dates”.

C’est ce que Didier Dumas a conceptualisé sous le terme  « d’impensé maternel » qui ne désigne pas tant la façon dont notre mère nous a encombré, mais comment cette mère a elle-même été somatiquement encombrée par un héritage ancestral traumatique.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s