education · maternity · politics

Douleurs de l’enfantement

http://carmelseymour.com/portfolio/item/the-secret-not-worth-knowing

La culture de la Grèce antique et le genre tragique en particulier associent le corps féminin à l’expérience de la douleur, notamment celle de l’enfantement[5]. Dans Médée d’Euripide par exemple, le poète exalte le sacrifice d’une mère qui, à l’instar des hommes, « préférerait combattre trois fois qu’accoucher une seule[6] ». Cette souffrance dévolue à la femme était inévitablement liée à sa condition de génitrice, une fatalité que le clergé orthodoxe a reprise à son compte en affirmant que seule Marie Mère-de-Dieu, vierge dans son âme et dans son corps, n’a pas connu les douleurs de l’enfantement.

Conséquence plausible de cette problématique collective, la pratique de la césarienne s’est considérablement développée en Grèce, comme l’a fait remarquer Elsa Pimenidou de l’association Birthchoice : « Officiellement, le taux de naissances par césarienne est de 50 %, mais il est plutôt de 70 %. Jusqu’à récemment, le Brésil occupait la première place, mais la Grèce est désormais en tête du classement[7]. » Plusieurs études montrent en effet que le choix de cette intervention est influencé par la peur d’un accouchement par voies basses[8].

Selon le témoignage d’une expatriée, il est très difficile d’accoucher naturellement à Athènes où les professionnels « découragent la cohabitation avec bébé et le maternage[9] ». Une étude de 2009 indique que seuls 4 % des bébés sont encore allaités à six mois du fait d’un « manque flagrant d’une culture de l’allaitement dans la société grecque[10] ». Dans un rapport plus récent, l’International Baby Food Action Network (IBFAN) s’inquiète du manque d’éducation et de soutien aux mères qui souhaitent pratiquer l’allaitement en Grèce. Du fait de taux très élevés de césariennes et d’une promotion active du lait maternisé dans les hôpitaux, moins de 10 % des femmes allaitent exclusivement leur bébé dans les six premiers mois[11].

(5) Lire à ce propos Katrina Cawthorn, “The female body and suffering” in Becoming Female, the Male Body in Greek Tragedy, Duckworth, 2008, pp. 50-53.

(6) Euripide, Médée, traduction de Danielle De Clercq, 2005, v. 251.

(7) Anastasia Balezdrova, “Greece ranks first in the world in number of Caesarean births”, GR Reporter, 8.12.2011,http://www.grreporter.info/en/greece_ranks_first_world_number_caesarean_births/5561.

(8) Despina Sapountzi-Krepia et al., “Mother’s experiences of pregnancy, labour and childbirth: A qualitative study in Northern Greece”, International Journal of Nursing Practice, 2011, No 17, pp. 583-590, http://www.researchgate.net/publication/51818808_Mothers%27_experiences_of_pregnancy_labour_and_childbirth_A_qualitative_study_in_Northern_Greece.

(9)“Expat Advice: Having a Baby in Athens”, Expat Exchange, http://www.expatexchange.com/advice/88/19301/47/Greece/Having-a-Baby-In-Athens.

(10) Iliadi Panagiota et Ermioni Palaska, “Breastfeeding and Contemporary Life: The Greek Reality”, Nosileftiki, octobre 2009, Vol. 48 No 4, pp. 352-357,http://connection.ebscohost.com/c/articles/47690776/breast-feeding-contemporary-life-greek-reality.

(11) IBFAN, “Greece: Unfavorable Environment Leads to Extremely Low Breastfeeding Rates”, Breastfeeding & Human Rights, 7.6.2012, http://breastfeedingandhr.blogspot.fr/2012/06/greece-reported-for-second-time-at.html.

 

© M.A. Cotton – 10.2015 / http://www.regardconscient.net

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s