LETTRE A DES AMIS QUI ONT LUS LA LETTRE DE RAPHAEL GLUCKSMAN ET QUI M’ÉCRIVENT DES LETTRES POUR QUE JE VOTE MACRON

Chers amis, je perçois parfaitement le ridicule qu’il y a en ce moment à dire pour qui l’on vote dans l’espoir fou – et la morgue qui va avec – de penser que ça pourrait changer quelque chose ou même simplement intéresser quelqu’un, je ne suis pas le premier BHL venu. Que dieu, qui n’existe pas, m’en préserve.
Le vote est secret. Si le législateur avait voulu qu’il soit public, il aurait mis une vitre dans les isoloirs, pas un rideau.
Pourtant je vais vous dire mon vote quand même- car je voterai, je ne m’abstiendrai pas- en prenant le risque de ce ridicule.
Je préviens: je vais parler de mes états d’âme. Pour ceux qui comptent m’engueuler sur le thème: on s’en fout de ce que tu penses, n’allez pas plus loin, parce que c’est ce que je vais faire dans les lignes qui suivent. Et c’est long en plus. Donc…
____________

Merci, à ceux qui sont restés.
D’abord, Je me sens mal. Parce que le choix qui m’est proposé pour le second tour de cette élection présidentielle ne me convient pas, du tout, et que je me sens insulté quand on me dit que je fais le “jeu du Front National” si je ne vote pas pour monsieur Macron et si je n’appelle pas mes amis à faire de même. Je ne vais pas revenir sur l’idée que, pour lutter contre le vote FN il est sans doute plus judicieux de s’en prendre à ce qui rend possible un tel vote que voter pour un candidat qui est l’incarnation de ce qui rend possible le vote FN. On l’a ? N’y revenons pas. (Lire Onfray sur le sujet)
Au premier tour j’ai voté pour un candidat avec qui je partageais un nombre suffisamment important de “contestations compatibles”. Je ne partageais pas tout, mais suffisamment. Rien d’idéologique. Des convictions murement et longuement réfléchies.
(sur les contestations compatibles, Lire l’excellent livre de l’excellent David Koubbi “une contestation Française” édition Don Quichotte)
Je ne partage pas de contestation compatible avec monsieur Macron. Qui ne conteste d’ailleurs rien, sur rien, jamais. A part la tête de ceux qui gouvernent pour y être à leur place. (y être mis ?)
Donc je ne voterais pas pour monsieur Macron. Même en me pinçant le nez et même en disant haut et fort que je le combattrais vigoureusement APRES. Quelle faiblesse de croire qu’après avoir été culpabilisé et convaincu pour voter Macron, je ne serais pas culpabilisé par les mêmes pour lui donner logiquement une majorité pour gouverner ! Voter pour et, un mois après voter contre ? Je ne suis pas si inconstant.
Et bien évidemment je ne donnerais jamais ma voix à madame Le Pen avec qui je ne partage rien. Pardon ? Elle conteste la toute puissance de la finance, et on pourrait y voir une compatibilité ? Non. Je fais assez bien la différence entre un mensonge à caractère opportuniste et un engagement sincère de long terme. Je ne partage donc rien. Rien du tout.
Pour autant je ne resterai pas chez moi, le 7 mai pour, comme l’imaginait Octave Mirbeau: “aller tranquillement pêcher à la ligne, ou dormir sous les saules, ou trouver les filles derrière les meules, ou jouer aux boules dans une sente lointaine…”
Je voterais donc: Blanc. (Je viens donc d’enlever le rideau de l’isoloir)
Petit problème: les élections présidentielles ne sont pas prévues dans le processus du vote blanc. La loi de 2014, qui sépare les votes blancs des votes nuls ne s’applique pas à la présidentielle. Et oui, monsieur Hollande devait compléter par une loi organique les dispositions de la loi de 2014 avant 2017 et… il ne l’a pas fait. Ça non plus.
Mais c’est un détail. Je voterai blanc quand même. En glissant une enveloppe vide, conformément à la loi.

Pourquoi ? Parce que depuis 2014 donc, ce vote est compté à part des votes nuls, sans pour autant entrer dans la catégorie des votes exprimés. C’est un premier pas, une étape. (Si on se sert du vote blanc plutôt que de l’abstention pour contester un choix, il faudra bien lui trouver un débouché juridique un jour) J’y suis modestement pour quelque chose. (Blanc c’est pas Nul, avec Marie Naudet, édition Descartes et Cie, dans lequel la proposition de Loi écrite par le regretté Guy Carcassonne a grandement inspiré la loi de 2014)
Ensuite, et surtout, ce vote “exprime” parfaitement mon état d’esprit pour cette élection précise. Rien de plus, rien de moins. Si le message délivré – et “compté” – de ce vote blanc n’a encore aucune portée juridique, il peut avoir une portée politique que je juge digne et nécessaire. Il rendra visible ce qui est caché: ceux qui ne se reconnaissent dans aucun des programmes des deux candidats finalistes. Clairement. Sans calculs savants à trois ou quatre bandes avec arabesques, doubles lutz et triple axel qui ne servent qu’à remplir les émissions de commentaires. Ce qui créent plus de confusion que de clarté.
Rien ne me convient dans le choix ? Blanc.
Quelque chose me convient chez l’un des deux ? Je mets un bulletin avec son nom dessus. Rien de bien compliqué.
Personnellement je ne juge pas quelqu’un qui en son âme et conscience votera Macron. J’attends qu’il fasse de même pour moi. Je ne juge pas non plus les électeurs de Madame Le Pen. Ils ne sont pas tous racistes, même s’il y en a plus chez elle qu’ailleurs, on nous les montre assez. Mais je vous assure que les membres de ma famille qui votent aujourd’hui FN après avoir voté hier PC ne sont pas racistes, ils sont en colère. Et s’ils entendent ce que dit madame Le Pen, c’est parce qu’elle les touche et que les autres ne leur parlent plus. C’est ce qu’ils me disent en tous les cas.
Je souhaite que ce vote Blanc soit compté, et commenté par les gens dont c’est le métier de commenter, au moins autant que le sera l’abstention !
Parce que voter blanc veut dire quelque chose. On ne peut pas faire dire tout et n’importe quoi à un vote blanc contrairement à ce que j’entends souvent chez ses détracteurs. Il y a 4 significations possibles (voir article de Dominique Pauvert Ropas -2010- je sais plus où mais ça se retrouve facile)
– le refus de l’offre électorale
– le désintérêt pour le scrutin
– la stricte neutralité entre les différents choix
– Un manque d’information de l’électeur.
Perso, je ne retiendrai que les deux premières. Encore que se désintéresser du scrutin et aller le dire en votant reste un paradoxe marrant dont on pourrait discuter. Quant à ne pas être informé en 2017…
Le vote blanc n’est pas un vote objectivement “complice” du FN. Il dit clairement “non” aux deux. Alors que le vote par défaut ne dit “non” qu’à l’un des deux en disant à l’autre: “bon ok je vote pour toi même si je ne t’aime pas, et tu seras gentil avec moi après… hein ?”
Après quoi ?
Le vote blanc est un choix en plus. Celui de ne pas choisir et de l’exprimer quand le choix proposé nous semble désastreux.
Et il me semble désastreux cette fois. Le Pen plus désastreux que Macron ? Sans doute. Mais comme monsieur Macron veut que j’adhère à son programme et que je m’y refuse, et que j’ai la possibilité d’exprimer mon non choix: je m’en sers. J’ajoute que se dire Et de gauche Et de droite pour ensuite affirmer combattre les deux ne fait qu’ajouter des arguments aux déjà nombreux des abstentionnistes. Et ne trouver des qualités qu’à ses thuriféraires et une bien piètre attitude quand en parallèle on insulte ceux qui pourraient aider malgré leurs désaccords. Pas malin donc le gars.
Et si madame le Pen était élue ? Serait-ce de la faute de mon vote blanc ?
Si madame le Pen est élue, elle le sera parce qu’elle aura obtenue plus de voix que monsieur Macron dans une compétition à laquelle elle avait le droit de participer. Si elle est anti républicaine il fallait lui interdire de participer. Il y a eu des tentatives pour ça. Où étaient les commentateurs ? Trouvaient ils qu’il s’agissait d’une bonne idée ? Juridiquement défendable ? Moralement nécessaire ? Pas entendu.
Si elle est élue, ceux qui essaient de me culpabiliser s’en prendront à moi. J’assume.
Mais j’espère qu’ils seront à mes cotés l’instant d’après pour engager la lutte contre elle avec autant de force qu’ils mettent à culpabiliser ma sincérité. Et ce sera un beau combat les gars. Il sera violent. Il faudra accepter de prendre des coups et d’en donner, clairement, fortement… si les propriétaires de vos journaux, de vos télés, vous laissent faire, bien sûr.
Je ne me résous pas à ce que l’ambition de ceux qui m’insultent parce que je ne vote pas comme ils le souhaitent, ceux là même qui aiment tant leur pays, se résume à lui donner comme Président le moins pire des deux.
Pour finir je vous renvoie au théorème d’Arrow (je fais pas mon malin, je l’ai lu parce qu’on me l’a indiqué, c’est tout)
J.K. Arrow Prix Nobel d’eco en 72 a écrit un “théorème d’impossibilité” qui est un petit bijou. Il dit en gros qu’il n’existe pas de procédure de vote qui respecte une propriété de cohérence qui semble évidente pour un individu. Si un individu préfère A à B et B à C, il préfèrerait logiquement A à C. Et bien une collectivité, non. Elle peut ne pas manifester dans tous les cas cette transitivité des choix qui nous paraît familière. Une collectivité peut dans certains cas choisir A face à B puis B face à C et si on lui demande de choisir entre A et C, elle choisira C contre A.
Peut importe ce qu’on lui demande, (ordonne ?) de faire.
Voilà pourquoi, entre autre, je voterai blanc au second tour, sans la moindre culpabilité et ce quel que soit le résultat final.
Et rendez vous surtout, surtout pour les législatives qui étaient et restent les élections les plus importantes de 2017.
Amen.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s