life

Thérapeute de l’invisible

” Pour comprendre la présence d’une entité dans une aura, il faut parler, au moins brièvement, des plans vibratoires de la terre.
De même que nous avons une aura avec un corps physique et des corps subtils (éthérique, astral, mental, causal, bouddhique et atmique), notre planète, elle aussi, est un Grand Etre vivant, que l’on appelle Logos planétaire ou Gaïa.

Comme nous, la terre a donc son corps de matière, sur lequel nous marchons et nous déplaçons et ses « corps » subtils (que l’on appelle « plans »), bien plus vastes que les nôtres, puisque c’est une entité énorme. Disons, pour simplifier et par analogie, que le plan éthérique de la terre serait son champ électromagnétique et le plan astral, son corps des émotions, le seul qui intéresse ici : car la terre abrite l’ombre et aussi la lumière. Elle est, comme les humains qu’elle porte, un Etre en évolution.

Pour donner une idée de ce grand plan astral, on peut prendre l’image d’un immeuble de 7 étages aux frontières floues et communicantes, pour représenter 7 sous-plans vibratoires immenses, de plus en plus lumineux au fur et à mesure que l’on s’élève.

Les entités humaines (mais il y en a d’autres) qui peuplent ces différents sous-plans sont essentiellement des décédés : ils sont attirés, après leur mort, par affinité vibratoire, sur le plan qui leur correspond exactement, ce qui fait qu’il n’y a jamais d’erreur ou d’injustice, pour qui passe de l’autre côté du voile. Trois niveaux coexistent, suivant la quantité de lumière qui y figure : moins il y a de lumière et moins il y a d’amour. On les nomme bas/moyen/haut astral . C’est ce que la religion appelle enfer/purgatoire/paradis (quoi que ce dernier se situe à vrai dire encore plus haut, dans le plan mental de la terre, mais le haut astral est déjà un plan élevé et lumineux où vivent des âmes bonnes et heureuses). Seules des entités issues du bas et moyen astral parasitent les humains.

Le bas astral est le premier étage de notre immeuble (ou premier sous-plan du corps émotionnel de la terre) ; c’est donc le plus proche de nous, ce qui facilite la communication. Il est habité par toutes sortes d’entités plus ou moins sombres ou infernales, qui n’ont pas pu/voulu monter plus haut, parce que ce sont des âmes basses et en involution. On les appelle aussi les « âmes perdues » car elles se sont coupées de leur soi supérieur, parfois pour des éons. Si elles investissent un vivant, c’est par jouissance maligne et pour connaître à nouveau des sensations physiques à travers un corps de chair .

Les deux étages (ou sous-plans) suivants sont les niveaux inférieurs du moyen astral. Ils sont fréquentés par des décédés peu évolués ou retenus par le champ terrestre pour diverses raisons, telles les passions matérielles ou encore, leur attachement à un proche, qu’elles hantent, en quelque sorte, si elles sont avec lui, comme elles peuvent hanter un lieu.

Imaginons qu’on prenne un ascenseur après la mort : tout le monde passe à tous les étages (infernal y compris) mais sans s’y arrêter, fort heureusement, pour une grande majorité des décédés, ce qui rend le passage rapide et indolore. L’ascenseur ne pourra pas monter plus haut que l’étage avec lequel la personne est en affinité vibratoire, mais il pourra s’arrêter plus bas si elle le désire.

Parfois encore, certaines personnes, suite à une mort brutale par exemple, n’ont pas le temps de réaliser leur décès, ce qui fait qu’elles ne prennent pas l’ascenseur lorsqu’il se présente…J’ai aidé certaines d’entre elles (liées affectivement à des consultants) qui étaient restées enfermées dans une sorte de ouate grise comateuse, et qui, de l’autre côté du voile, revenaient en quelque sorte à elles, suffisamment pour accepter le départ vers leur plan respectif.

Lorsqu’il y a une entité dans l’aura, la libération consiste à faire monter cette âme le plus haut possible dans la lumière, selon sa capacité vibratoire : c’est l’aider à quitter le plan terrestre pour rejoindre le plan qui est le sien. Les personnes à même de faire ce travail sont des « passeurs d’âmes ».”

Un extrait du livre de Nathalie Abdelaziz, CONFIDENTE DES ÂMES – CHEMIN INITIATIQUE D’UNE THÉRAPEUTE DE L’INVISIBLE.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.